Vous utilisez un bloqueur de publicité.
S'il vous plaît, désactiver le bloqueur de publicité pour continuer à utiliser notre site.

Ghardaïa

Belghanem réclame sa part de développement



Les habitants du grand quartier de Belghanem situé au chef-lieu de la wilaya de Ghardaia, à cinq kilomètres du centre de la ville, sortent de leur silence pour crier leur ras-le-bol.

Cette cité souffre de nombreux problèmes. Ils disent que « leur quartier est horriblement lésé et abandonné par les responsables locaux, car les années passent sans qu'il n'arrive à se développer au rythme escompté. » Nombreux sont les maux qui hantent les Belghanemois.

A commencer par les commerçants qui occupent inextricablement les trottoirs. Pourtant, la cité Belghanem devait être déclarée petite ville sans écuries, sans cantonnements de fortune, ni dortoirs clandestins de Sub-Africains, amassés par centaines dans des logis de fortune, à travers le quartier.

Lors de chaque élection d'une nouvelle assemblée communale, les objectifs fixés pour Belghanem s'avèrent difficiles à atteindre et pourtant il reste encore plusieurs routes et ruelles à goudronner.

Le foncier est le premier obstacle relevé à cause de l'envolée des prix dans cette cité, en raison de son positionnement géographique entre le centre-ville et l'ancienne palmeraie. Outre ce problème, le délabrement des voies nuit à la qualité de vie des citoyens.

Les chaussées des quartiers sont détériorées et jamais entretenues et même les « dos-d'âne » hors normes, improvisés par des citoyens, sont dans un état lamentable.

Leur réfection ne semble pas être à l'ordre du jour des préoccupations des responsables locaux depuis quelque temps. Par ailleurs, de nombreuses maisons ont été construites sans pour autant que les voies publiques soient convenablement nettoyées, une fois les travaux terminés. Le foncier revient très cher à Belghanem.

Les propriétaires des maisons de ce grand quartier ont dû dépenser des sommes colossales pour leur construction ou leur acquisition et ont dû payer tous les frais exigés par les services locaux. « Malheureusement, certaines rues sont dans un état chaotique, tant sur le plan esthétique qu'opérationnel, » se plaint un habitant de la cité « Karkoura ». Les responsables locaux sont pointés du doigt.

Contacté par les associations de quartiers, le président de l'Assemblée communale de Ghardaïa, M. Yahia Abaza, reconnaît que le grand quartier Belghanem pâtit de plusieurs problèmes, dont le bitumage de certaines rues, les fuites d'eau et la collecte des déchets ménagers. Il signale que le peu de projets, jusque-là réalisés, ne suivent pas le rythme de l'évolution démographique.

L'expansion qu'a connue la cité Belghanem a fait qu'actuellement on ne perçoit au niveau de l'Oued M'Zab, qu'un amas de béton, au point où l'on se demande s'il est possible de rattraper le retard et de trouver une compensation dans la création de nouveaux projets et d'espaces libres, bien aménagés et bien équipés.

Pour le moment, il est difficile de respirer ! La verdure disparaît cruellement, les lieux de divertissement manquent énormément. Quand les jeunes Belghanémois veulent se distraire, ils n'ont que les rues ou l'Oued “Igoza” pour y errer.

Une maison de jeunes existe, certes, mais elle est constamment fermée et n'arrive pas à combler les besoins croissants de ces derniers qui estiment que leur cité est triste et peu animée. Ils réclament d'autres espaces culturels et de détente.

Et a cause du manque de ces espaces de loisirs, chaque après-midi, des centaines de ces jeunes vont en masse en direction de « Touzouz » un espace situé au cœur de la palmeraie. Même les petits enfants se sentent ignorés par le directeur de la jeunesse et des sports de la wilaya ; rares sont les aires de jeux qui leur sont attribuées.

Celles-ci existent au nombre de deux seulement, ne sont pas couvertes de tartan artificiel, comme c'est le cas dans d'autres quartiers de la ville. Aussi, certains se permettent-ils de jouer au football dans des rues souvent à forte circulation de véhicules et de motos, sans se soucier du danger qui les menace.

Les habitants de Belghanem attendent avec impatience une solution urgente à leur situation pour le moins chaotique. Pour alléger leur pénible quotidien, un appel est lancé aux responsables locaux et aux différentes directions concernées pour assurer équitablement un bienveillant équilibre social en matière de développement et d'aménagement urbain à travers l'ensemble des villes de la wilaya et de s'atteler à traiter les maux dont souffre « Belghanem » ce grand quartier voisin du centre-ville de la capitale du M'Zab.


Lire la suite sur Le jeune indépendant.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites