Vous utilisez un bloqueur de publicité.
S'il vous plaît, désactiver le bloqueur de publicité pour continuer à utiliser notre site.

Hausse de la TVA

le ministère du Commerce minimise l’impact sur les prix



La hausse des taux de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), passés de 17% à 19% (de 7 à 9% pour le taux réduit), n’a provoqué ni de hausse des prix généralisée, ni de spéculations sur les produits de consommation. C’est l’affirmation de Abderrahmane Benhazil, Directeur général de la répression des fraudes (DGRF) au ministère du Commerce, dans une déclaration, ce mercredi 11 janvier, à l’agence officielle.

Pas de conséquences liées à la hausse de TVA

« Parler de hausse générale des prix est un constat biaisé. La hausse n’a pas touché tous les prix », corrige M. Benhazil. «La hausse de la TVA est insignifiante et ne peut en aucun cas engendrer une hausse des prix. La réalité sur le terrain est que les prix de large consommation soutenus par l’État ou non, n’ont pas connu d’augmentations », soutient-il.

Il affirme notamment que ses services, à travers des « interventions quotidiennes », n’ont constaté « que quelques augmentations » jugées « insignifiantes ». Par ailleurs, cette disposition de la Loi de finances pour 2017 «  ne peut en aucun cas provoquer une flambée des prix », martèle le DGRF du ministère du Commerce.

Or, selon une enquête de TSA, divers produits de large consommation, comme les pâtes alimentaires, ont connu des hausses significatives, injustifiées. Pour sa part, Abderrahmane Benhazil rappelle que les prix ne sont pas régis par des lois et sont donc « libres ». À ce titre, « il n’y a pas d’infraction », assure-t-il.

Le même responsable impute la hausse des prix constatée pour le café, les pois chiches et les lentilles à un simple  « renchérissement des cours de ces produits sur les marchés internationaux. » Il précise que le café Robusta est passé de 1.850 dollars/t à la fin 2015 à 2.150 dollars/t à la fin 2016. Pour le café Arabica, son prix est passé de 2.811 dollars/t à 3.250 dollars/t durant la même période.

Pour les lentilles et les pois chiches, les prix sont remontés, respectivement, de 946 dollars/t à 1.150 dollars/t et de 1.168 dollars/t jusqu’à 1.700 dollars/t entre les deux périodes de comparaison.

Pas de spéculations sur les produits

Par ailleurs, les services du ministère ont mené une campagne de contrôle ayant touché « 85% des chambres froides » du pays, utilisées pour stocker les produits agricoles, indique la même source. « Les interventions ont relevé l’inexistence de stocks détenus à des fins spéculatives », assure le DGRF.

Selon ses dires, les augmentations constatées sur divers produits agricoles sont liées au manque d’offre sur le marché. « Un constat normal durant cette période hivernale », estime la même source.


Lire la suite sur Tout sur l'Algérie.

Petites annonces Babalweb Annonces

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites