Vous utilisez un bloqueur de publicité.
S'il vous plaît, désactiver le bloqueur de publicité pour continuer à utiliser notre site.

Université de Bouira 

étudiants et enseignants réclament plus de sécurité dans les campus



Les étudiants et les enseignants de l’Université Akli-Mohand-Oulhadj de Bouira ont dénoncé mercredi un climat «d’insécurité et d’instabilité» à l’intérieur du campus universitaire suite à une série d’actes d’agression et de mouvements de grève répétés enregistrés depuis novembre dernier.

Une trentaine d’enseignants affiliés au Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes) ont observé un sit-in devant le siège du rectorat pour «protester contre l’insécurité sévissant depuis des mois dans l’enceinte de l’université» ainsi que pour «réclamer d’autres droits relatifs notamment aux libertés syndicales et à l’amélioration des conditions de travail».

Selon le président de la section locale du Cnes, Youcef Outafat, l’Université Akli-Mohand-Oulhadj de Bouira est «en proie à une insécurité et instabilité totale née des exactions commises par des individus extras qui s’infiltrent à l’intérieur du campus pour agresser des étudiants et même des enseignants».

Le 8 février dernier, un jeune étudiant a failli mourir après avoir été poignardé au cou par un extra en pleine cour suite à un conflit entre deux personnes et une étudiante. L’étudiant agressé a été évacué à l’hôpital de Bouira puis à l’hôpital Mustapha-Pacha d’Alger. «Ces jours ne sont pas en danger», s’est réjoui M. Outafat.

Plus d’un mois avant cet acte de violence, un groupe de jeunes extras s’est infiltré à l’intérieur de l’enceinte universitaire où ils ont agressé des étudiants du département de langue et culture amazighes. Une jeune fille avait été attaquée à l’aide de sabres. Elle a été blessée lors d’incidents ayant suivi les marches de protestation contre «la marginalisation de la langue nationale et officielle tamazight», a ajouté le président local du Cnes.

En réaction à ce sujet, le président du bureau local de l’Union générale des étudiants libres (Ugel), Abderraouf Charabi, a rappelé que des évènements avaient secoué l’Université de Bouira suite aux agressions survenues lors de marches et sit-in de protestation organisés par des étudiants du département de langue et culture amazighes, accusant des «parties extérieures» d’être derrière tous ces incidents. «Des parties extérieures veulent semer l’anarchie et la violence à l’intérieur de l’Université», a-t-il dénoncé.

Inquiets, les étudiants interpellent les responsables du secteur

Face au phénomène des agressions que connaît l’Université de Bouira, ces derniers mois, des étudiants ont exprimé leur inquiétude et mécontentement après les derniers actes d’agression survenus à l’intérieur du campus. «Nous sommes inquiets. Nous faisons face à un phénomène dangereux, les responsables concernés doivent intervenir pour trouver des solutions», a estimé Jugurtha, un étudiant en sciences juridiques.

Certains autres étudiants et mêmes des représentants d’organisations estudiantines locales ont pointé du doit des anciens responsables de l’université, accusés d’être derrière ce qu’ils appellent la politique de marginalisation et la politique de deux poids, deux mesures entre les départements, ce qui, selon eux, a créé un climat d’instabilité marqué par des grèves et des altercations entre étudiants.

Sur ce point, Youcef Outafat a évoqué des comportements de racisme et de régionalisme entre étudiants qu’il qualifie d’inadmissibles, appelant toute la communauté à mettre la main dans la main pour protéger l’université et préserver son statut d’institution de savoir et non pas de violence.

Dans la foulée de ces évènements, le recteur, Moussa Zireg, a été démis de ses fonctions pour être remplacé par le professeur Noureddine Benali-Cherif.

Dans une déclaration à l’APS, ce dernier s’est dit engagé à œuvrer pour faire de l’université un «lieu sacré du savoir et de la science, et non pas autre chose», tout en appelant l’ensemble des étudiants et autres responsables de l’université à être «conscients et mobilisés pour développer l’Université de Bouira et la hisser au rang des grandes universités du pays loin de tous les problèmes».

Le même responsable s’est dit «confiant et optimiste» quant à l’amélioration de la situation de l’Université de Bouira avec «l’implication de toutes les forces vives de l’université».

R. N.


Lire la suite sur Algérie Patriotique.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Petites annonces Babalweb Annonces

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites