FFS

Ali Laskri et Brahim Meziani malmenés par la police à Ghardaïa



Ali Laskri, ancien 1ers secrétaire et ancien membre du présidium du FFS, actuellement député de Boumerdes, et Brahim Meziani, sénateur, membre de la direction nationale, ont été malmenés par la police.  Ni son âge, ni sa position politique, ni son immunité parlementaire, n’ont eu de grâce aux yeux des policiers qui l’encerclait lui et son camarade de parti Brahim Meziani, à la fin du procès dimanche de Maitre Noureddine Ahmine, à la cour de Ghardaïa. C’est en descendant de voiture, une Chevrolet dont une roue était crevée et que le chauffeur s’affairait à changer, que les deux cadres du FFS (Ali Laskri et Brahim Meziani), accompagnés du Fédéral de Ghardaïa et Secrétaire national chargé de la solidarité au FFS, Hamou Mosbah se sont fait encerclés par une bonne dizaine de policiers qui leur ont intimés l’ordre de rester sur place.    Ayant décliné son identité et sa position partisane d’ancien 1ers secrétaire et ancien membre du présidium du FFS, actuellement député de Boumerdes, et celle de  Brahim Meziani, sénateur, membre de la direction nationale, Ali Laskri s’est étonné de la réponse des policiers qui lui ont répondus qu’ils ont reçus des ordres et qu’il lui était, lui et ses camarades, interdis  de bouger avant les ordres. « Auriez vous arrêtés Ouyahia ou Belkhadem, si c’était le cas ? » a tonné à la face des policiers Ali Laskri. Un moment plus tard, ils ont été relâchés. Ne supportant pas ce manquement, Ali Laskri et ses camarades se sont rendus au siège de la sûreté de wilaya de Ghardaïa où ils ont été reçus, selon Hamou Mesbah, par le chef de sûreté en personne, le commissaire divisionnaire Mohamed Salah Zeghadnia. Celui-ci, toujours Hamou Mesbah, a essayé de minimiser l’incident en arguant le fait qu’e l’on est à Ghardaïa, sur ce, Ali Laskri a répondu que « Ghardaïa se trouve en Algérie et est gérée par la même constitution. »    Serait-ce une tentative de décourager tous ceux qui seraient tentés de venir porter assistance à Maître Noureddine Ahmine ? Tout semble accréditer cette thèse à fortiori après l’incident de l’avocat Tunisien Maître Sadek Rahmouni, membre du conseil de l’ordre des avocats de Tunisie, défenseur des droits de l’homme, observateur indépendant délégué par la Fondation Euro Med qui s’est fait lui aussi malmener , le même jour, à quelques minutes d’intervalles et à quelques dizaines de mètres de là, par la police pour une histoire de photo.


Lire la suite sur El Watan.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites