Vous utilisez un bloqueur de publicité.
S'il vous plaît, désactiver le bloqueur de publicité pour continuer à utiliser notre site.

AIN EL TURCK

Le projet de la station urbaine mis aux oubliettes



Le chef lieu de la daïra côtière d’Ain El Turck ne dispose pas d’une station urbaine pour désengorger la circulation routière de cette importante daïra à double vocation touristique et agricole. Une enveloppe de 15 milliards de centimes a été engagée pour la réalisation de cet important projet d’utilité publique qui n’a pas encore vue le jour jusqu’à l’heure actuelle pour des motifs inconnus. Cet important projet était destiné  à désengorger la circulation routière dans la commune d’Aïn El Turck,  et  devait  être réalisé  plus de   quatre  années auparavant à la sortie du quartier Bensmir, communément appelé douar naquousse,  semble a priori avoir été renvoyé aux calendes grecques.  Cette station était destinée à mettre un terme à la piteuse anarchie prévalant dans le secteur du transport de ladite commune, qui a dépassé tout entendement et ce, avec tous les désagréments causés à la circulation automobile et les multiples autres contraintes aux piétons. La place Vasas et ses abords immédiats, comme à titre d’exemple la rue de la Cave, transversale à ce lieu public, en plein cœur de la commune d’Aïn El Turck, illustre parfaitement ce déplorable constat à travers le grand désordre, qui  règne quotidiennement en maître dans ces lieux  et qui prend une ampleur démesurée durant la saison estivale. Toutes sortes de véhicules de transport public, en plus des taxieurs clandestins, contribuent allègrement à cette anarchie, qui suscite le courroux des automobilistes et les piétons de passage au niveau de cette place, zone incontournable pour accéder au centre de la principale commune de ladite daïra. Trois ans plutôt, les habitants de cette commune, notamment ceux demeurant dans les alentours de cette esplanade, qui sont durement confrontés à cette déplorable situation, ont poussé un grand ouf de soulagement et ce, en apprenant qu’une station urbaine de transport public sera incessamment réalisée dans leur lieu de résidence. La réalisation de ce projet, qui a été favorablement accueilli par la population, était en fait  synonyme de la fin d’un long calvaire plus particulièrement les automobilistes, qui sont dans l’obligation d’emprunter quotidiennement les rues transversales à cette place où les embouteillages monstres constituent l’essentiel de l’ambiance. Il s’agissait en fait d’un projet, accordé à l’époque par la wilaya d’Oran, après proposition de la daïra d’Aïn El Turck, pour la réalisation d’une station urbaine de transport public sur une superficie, choisie et retenue au préalable, s’étendant sur un peu plus d’un hectare, longeant le CW 84, qui traverse le quartier  Bensmir, dans la commune d’Aïn El Turck . Un apport d’un montant de 15 milliards de centimes  a été estimé pour financer les travaux de cette station urbaine de transport public, qui devaient être lancés à cette époque. Cependant, la population, déçue au plus haut point,  s’interroge aujourd’hui, quatre ans après, sur les raisons, qui ont motivé le renvoi de ce projet aux oubliettes.


Lire la suite sur Réflexion.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites