Explosion d’un obus de roquette à Ahnif (Bouira)

Un enfant de 12 ans meurt et cinq autres grièvement blessés



Le village de Tamezyabt, situé à quelques encablures au nord de la commune d’Ahnif, 45 km à l’est de Bouira, a été le théâtre d’un drame survenu en début de soirée d’avant-hier.

Un enfant de 12 ans a perdu la vie et six autres ont été blessés, dont deux grièvement, dans l’explosion d’un obus de roquette. Le drame est survenu au cœur du village. Le détachement de l’armée nationale populaire (ANP), est à quelques centaines de mètres. H. Bachir, âgé de 12 ans, a succombé à ses blessures à l’hôpital de M’Chedallah, juste après son admission. Sa jambe droite a été amputée. Deux autres de ses amis étaient grièvement touchés par l’explosion. S.H, un enfant de 10 ans, a perdu une jambe, et son ami S.A, 10 ans, la déflagration lui a amputé les deux jambes. Trois autres enfants ont été également blessés. Les deux enfants, dont les jambes sont amputées, ont été évacués vers le CHU de Tizi Ouzou. Pour ce qui est de cette roquette que les enfants ont trouvé sur le bas côté de la route, personne au village, ne pouvait donner la moindre explication. Durant la matinée d’hier, des dizaines de personnes se rendaient sur le lieu de crime. Les traces du sang des enfants ont été couvertes de terre. Les habitants de Tamezyabt sont sous le choc. Ils n’en reviennent pas du fait qu’un tel engin puisse se trouver au milieu des habitations, et à une centaine de mètres de l’école primaire. «Nous ne comprenons pas ce qui se passe. Comment cette roquette a atterri à cet endroit, à quelques pas des habitations. Ce ne sont que des enfants qui passaient par là, et ne savaient pas que l’engin qu’ils venaient de découvrir allait faire tous ces dégâts», a déclaré un jeune du village rencontré sur le lieu de l’explosion. «Les corps des enfants ont été projetés à quelques mètres de là. L’un des enfants blessés, mais qui pouvait encore marcher, a donné l’alerte. Il a couru jusqu’à la maison la plus proche, sur une trentaine de mètres», enchaîne un autre. Plusieurs versions circulent déjà sur ce qui s’est passé à Tamezyabt, en fin d’après-midi de samedi, vers les coups de 19h. S’agit-il d’un engin explosif que les terroristes avaient enfoui à cet endroit, pour guetter le passage des convois de l’armée par cette route qu’ils fréquentent régulièrement ? Les terroristes préparaient-ils un attentat contre le détachement militaire, qui se trouvait à quelques centaines de mètres de là, d’autant plus que l’endroit où a été retrouvée la roquette donnait directement sur le détachement en question ? Personne ne pouvait apporter un quelconque élément de réponse. Ainsi, des habitants du village ont déclaré que les enfants jouaient avec l’engin explosif, parce qu’ils ne se rendaient pas compte de la dangerosité de l’objet qu’ils venaient de découvrir. D’autres villageois ont affirmé que les services de sécurité ont trouvé un autre engin explosif, au même endroit de l’explosion.

Les villageois réclament une opération de déminage

De plus, après l’explosion, l’armée a passé le village au peigne fin, pour s’assurer qu’il n’y a aucun risque de marcher sur un engin explosif. En outre, les habitants de plusieurs villages de la commune d’Ahnif, ont exprimé leur colère face à l’insécurité qui règne dans cette région. Après l’inhumation de la victime de l’explosion, qui a eu lieu hier vers midi, des dizaines de personnes ont investi l’autoroute est-ouest. Cette action de protestation a été suivie par une grève générale à travers l’ensemble de la commune. Les manifestants ont marché sur des centaines de mètres le long de l’autoroute est-ouest, en réclamant une opération de ratissage d’envergure dans toute la région de Thamelaht, pour désamorcer les bombes semées par les groupes terroristes durant la décennie noire. «Non au terrorisme», «Nous exigeons le ratissage de Thamelaht», «Les enfants ne méritent pas de mourir», pouvait-on lire sur plusieurs banderoles brandies par les manifestants. Ce n’est pas une première qu’un engin explosif fasse des blessés dans cette région. Fin mai dernier, un jeune, d’une trentaine d’année, a marché sur une bombe artisanale au lieudit Ferkout, à quelques encablures au sud de la commune d’Ahnif. La victime a perdu sa jambe dans cette explosion.

Ali Cherarak


Lire la suite sur Le Temps.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites