Vous utilisez un bloqueur de publicité.
S'il vous plaît, désactiver le bloqueur de publicité pour continuer à utiliser notre site.

SUITE AU BLOCAGE DE L’APC D’AIN EL TURCK

Sit-in de citoyens devant le siège de la daïra



Les résidents en colère de cette ville, demandent au wali d'Oran l'installation d'un administrateur de toute urgence pour débloquer la situation jugée très critique, résultant au gel des projets de développement et l’absence de collecte des ordures, depuis une vingtaine de jours. Plus d'une vingtaine de résidents se sont rassemblés  jeudi dernier en matinée,  devant le siège de la daïra d’Ain El Turck pour revendiquer le blocage de l’APC. À travers leur action, ils réclament l'installation d'un administrateur pour débloquer la situation avec notamment l’inscription et le lancement des projets en souffrances à l'image de ceux  des réaménagements  pour leur localité, arguant que les routes, les trottoirs, les réseaux divers et le mobilier urbain de leur commune se trouvent dans un état de dégradation très avancé. Les protestataires indiquent que jamais, depuis l'installation de ces nouveaux élus locaux en  octobre 2017 dans cette commune,  aucun projet d’aménagement urbain n’a été inscrit et à titre indicatif , l’un des résidents protestataires  cite  : «Nous sommes venus aujourd’hui  au siège de la daïra afin de réclamer la concrétisation des nombreuses promesses des responsables locaux concernant le réaménagement de nos cités qui sont dans un état de dégradation très avancé, l'absence de la collecte des ordures  ménagères qui dure parfois 20 jours. L’ensemble des maires qui se sont succédé à la tête de la commune d’Ain El Turck nous ont promis des projets pour notre grande commune, mais rien n’a été fait pour le moment, et le blocage persiste depuis leur installation. Pourtant, nos routes sont dans un état lamentable, l’éclairage public ne fonctionne plus à Trouville depuis des années et les trottoirs sont presque inexistants», il ajoute à ce sujet que  plusieurs requêtes ont été adressées aux responsables locaux et au wali d’Oran, pour réclamer l’amélioration de leur cadre de vie, en vain. Les contestataires ont aussi soulevé d’autres revendications, dont l’éradication d’une décharge sauvage qui s’est constituée depuis plusieurs années aux abords de l'autoroute de Cap Falcon, à proximité de certaines habitations,  qui constitue, selon eux, «une véritable menace pour les riverains, particulièrement durant ses périodes de crue». Les habitants ont aussi réclamé le renforcement des moyens de transport scolaire et universitaire, insuffisants pour prendre en charge le nombre élevé d’élèves et d’étudiants de la localité.


Lire la suite sur Réflexion.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites