Vous utilisez un bloqueur de publicité.
S'il vous plaît, désactiver le bloqueur de publicité pour continuer à utiliser notre site.

L’Algérie célèbre Yennayer en grande pompe

La réconciliation



C’est un élan extraordinaire qu’a provoqué Yennayer. La première célébration du nouvel an amazigh en tant que fête nationale officielle  a montré une véritable réconciliation entre les Algériens, leur histoire et leur identité.

Dans les écoles, dans les quatre coins d’Algérie, dans les crèches, dans des lieux où on n’a peut-être jamais entendu parler de notre identité réelle profonde à cause du déni qui a frappé la question, le premier Yennayer est célébré en grande pompe. Le tabou qui a caractérisé tout ce qui a un lien avec l’amazighité pendant des décennies n’est plus d’actualité après officialisation de tamazight et la reconnaissance de Yennayer qui sont le fruit d’un long combat qu’ont mené des hommes et des femmes pour recouvrer l’identité nationale. Aujourd’hui donc, même si c’est une journée de week-end, Yennayer est officiellement chômé et payé. Dans les années précédentes, seule la Kabylie observait une journée sans travail pour des raisons connues de tous. Cette région pour qui le 20 avril est également une journée chômée et payée est le bastion des luttes identitaires et démocratiques. Aujourd’hui, c’est toute l’Algérie qui le fête dans une communion prometteuse pour le recouvrement de l’identité nationale. Les islamo-conservateurs qui prêchent la haine et décrètent la célébration «haram» seront jetés dans la poubelle de l’histoire, comme était le sort de ceux qui ont réprimé le combat identitaire durant des décennies. L’histoire a-t-elle retenu le nom de Matoub Lounès ou celle de ses tueurs ? A-t-elle retenu le nom de Mouloud Mammeri ou celui de ceux qui l’ont empêché de donner une conférence sur la poésie kabyle le 10 mars 1980 ? L’Algérie qui se réconcilie avec son identité célèbre tout ce qui a été laissé par Mouloud Mammeri qui est un véritable repère. Quant à Matoub Lounes, son nom rayonne partout. L’histoire a-t-elle retenu les noms des 24 détenus du printemps berbère de 1980 ou ceux de leurs bourreaux ? L’Histoire est impitoyable. Soit elle vous jette dans la poubelle des oubliettes, soit elle vous consacre en lettres d’or et vous autorise à traverser les siècles. Et ceux qui ont gagné la bataille sont les militants de la cause. Tamazight est langue nationale et officielle. Et il reste des améliorations à faire dans la loi fondamentale. Yennayer est journée nationale au même titre que les autres fêtes nationales. Tamazight est dotée d’une Académie. Ce n’est pas tout mais ce n’est pas rien non plus. La composante de l’Académie est connue. Ses membres auront à trancher plusieurs questions, dont la plus problématique reste le caractère de transcription de la langue amazighe. L’Académie est chargée notamment de recueillir le corpus national de la langue amazighe dans toutes ses variétés linguistiques, d’établir la normalisation de la langue amazighe à tous les niveaux de description et d’analyse linguistique et d’élaborer un dictionnaire référentiel de la langue amazighe. Cette académie œuvrera, en coordination avec le HCA, à la promotion de la langue amazighe et l’aménagement des conditions objectives pour cela, en plus de l’accompagnement et la mobilisation afin d’aplanir les problématiques en suspens, avec un objectif de construire une langue aux critères unifiés et l’élaboration d’un glossaire de référence. Dotée de tous les instruments juridiques, c’est désormais aux spécialistes de proposer une «réforme» de la langue amazighe.

Karim Aimeur


Lire la suite sur Le Temps.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Petites annonces Babalweb Annonces

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites