Impossibilité du 5e mandat ou alibi d’une élection présidentielle surréaliste

que signifie la candidature de Benflis ?



Et encore une annonce qui confirme les informations révélées par Algérie Part. Ce dimanche, Ali Benflis annonce officiellement son intention d’être candidat pour la troisième fois à l’élection présidentielle. Ali Benflis affirme avoir informé le ministère de l’Intérieur de constituer un “dossier de candidature” en attendant le quitus du comité central du son parti Talaie El Hourriyet.

Comme en 2014, Ali Benflis veut accéder à la magistrature suprême. Mais cette fois-ci, il s’adonne à une manœuvre subtile. Il annonce uniquement son intention et n’a pas encore préparé son dossier de candidature. La nuance est de taille puisqu’il explique lui-même qu’il a jusqu’au 5 mars 2019 pour décider définitivement d’y aller ou non.

Cette tactique lui permet de gagner du temps tout en se positionnant. En vérité, Ali Benflis, comme beaucoup de cadors de la scène politique algérienne, attend l’annonce d’Abdelaziz Bouteflika. Le Président malade et affaibli doit s’exprimer définitivement sur son avenir politique au mois de février, comme il a été expliqué dans une précédente révélation faite par Algérie Part. Jusque-là, Ali Benflis ne peut pas prendre de risque. Et il veut attendre la réponse officielle d’Abdelaziz Bouteflika concernant les appels qui lui sont simultanément lancés par des partis politiques à propos d’un 5e mandat successif. En 2014, Ali Benflis a été berné et trompé. Des sources lui ont fait croire que le Président Bouteflika ne se représentera pas. Ces sources lui ont fait croire que le Premier-ministre, Abdelmalek Sellal, sera l’homme qui a été désigné par le clan présidentiel pour lui succéder. Ali Benflis avait donc foncé en rêvant d’un duel qui l’opposera à Sellal. Un duel qu’il pensait gagner haut la main.

Mais à la fin, il sera surpris et le 4e mandat bousille son projet. En 2019, Ali Benflis paraît prudent et veut bien tenter encore une fois sa chance. Mais, comme tous les autres potentiels candidats à la Présidentielle, il ne sait toujours pas si le 5e mandat est encore envisageable. D’ici le 5 mars, le clan présidentiel aura fait connaître définitivement ses intentions s’agissant de la question de la continuité du règne du Président Bouteflika.

Toutefois, dans tous les scénarios possibles et imaginables, Ali Benflis risque de souffrir d’un déficit de crédibilité. Peu actif et très discret pendant 5 ans, l’homme n’apparaît que lors des échéances électorales pour promettre aux Algériens le changement tant espéré. Beaucoup de ses détracteurs l’accusent de jouer le mauvais rôle du « lièvre » qui donne du crédit aux élections présidentielles truquées. Et les présidentielles de 2019 peuvent s’avérer surréalistes si le scénario du 5e mandat se concrétise à la dernière minute.


Lire la suite sur Algérie Part.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites