Des contraintes retardent le projet



La population de la commune d’Akfadou doit prendre son mal en patience et s’astreindre à de longs mois de poireau, avant d’espérer goûter aux bienfaits du gaz naturel. A l’arrêt depuis quelques mois, les travaux reprendront dès que les conditions climatiques le permettront, informe-t-on.

«La progression globale des chantiers a atteint 85%. Mais il ne faut pas se fier à ce taux, car des contraintes de taille se dressent sur ce projet, ce qui ne manquera pas de générer beaucoup de retard quant à l’échéance de sa livraison», nous apprend le P/APC, Aklit Mohamed. Le maire se dit réjoui qu’il n’y ait aucune opposition sur le territoire de sa commune.

Ce qui nourrit ses appréhensions en revanche, ce sont les contraintes techniques. «Les entreprises ont fort à faire pour intervenir sur un relief accidenté et un terrain rocheux. D’autant plus que ces commissionnaires sont mal outillés et opèrent avec des moyens dérisoires», relève l’édile communal.

L’autre point de blocage du projet et qui cristallise l’inquiétude des responsables de l’APC, réside dans l’opposition qui grève le passage de la conduite de transport du combustible à hauteur d’une commune voisine. «Ce problème est mal géré. Un citoyen a formulé un dossier à travers lequel il réclame son indemnisation. Hélas, son dossier n’est pas encore pris en charge», déplore-t-on.

Par ailleurs, les responsables de l’APC disent apprécier à sa juste valeur le geste louable d’un citoyen d’Akfadou, lequel a fait don d’un terrain de 5 ha pour l’implantation du poste de détente. Déjà installée, l’infrastructure attend d’être équipée, apprend-on. En butte à l’éloignement et aux prises avec les rigueurs du climat, la population d’Akfadou voit ses espoirs contrariés.

«Une circonscription de montagne comme la notre ne devrait pas être laissée à la traine. C’est effarant de constater l’exacte contraire», s’insurge un citoyen de Tiniri, le chef-lieu communal. Déçu au plus haut point, un autre habitant du village Ath Alouane dénonce «une gestion approximative et un suivi défectueux de ce projet. «Va-t-on attendre une éternité pour avoir droit à ce combustible ?», s’interroge-t-il.

N Maouche.


Lire la suite sur La Dépêche de Kabylie.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites