Un étudiant égorgé dans sa chambre universitaire

un crime abject qui relance le débat sur la question de l’homosexualité en Algérie



Le crime barbare du jeune étudiant âgé de 21 ans perpétré dans la résidence universitaire de Ben Aknoun a ému de nombreux algériens. Il a fait aussi le tour du monde notamment au sein des médias de la communauté homosexuelle. En effet, ce crime est considéré comme un « meurtre homophobe » car les deux meurtriers lui ont tranché la gorge et ont écrit « il est gay » sur le mur de sa chambre.

« Un meurtre d’une violence inédite. Le campus d’Alger a été le théâtre d’un homicide homophobe. Assil Belalta, un jeune homme de 21 ans étudiant en médecine, a été sauvagement assassiné dans sa chambre par deux individus, dimanche 11 février », s’est indigné à ce sujet Têtu, un magazine trimestriel consacré à la défense des droits de la communauté « LGBT ».

Il est à souligner que plusieurs sources médiatiques ont confirmé que le jeune étudiant est rentré « dans sa chambre, sur le campus Ben Aknoun de l’université d’Alger ». Il a été ensuite suivit par ses deux assaillants. Ils lui auraient ensuite tranché la gorge, avant d’écrire sur le mur de la pièce « il est gay » avec le sang de leur victime. Il a été retrouvé par des amis quelques heures plus tard.

L’association de jeunes LGBT+ algériens, Alouen, une association composée essentiellement de militants exilés à l’étranger, a réagi rapidement à ce crime abject a publié un communiqué sur son compte Facebook pour faiire part de son indignation. L’association désigne le président du syndicat national des magistrats ainsi que le Premier ministre comme responsables de ce meurtre. Deux semaines plus tôt, le président du syndicat des magistrats algériens avait déclaré que les associations des droits humains et les ONG qui demandent la décriminalisation de l’homosexualité en Algérie et la lutte contre l’homophobie « sont entrain de piétiner les valeurs et fondements du peuple algérien ».

L’homosexualité est un sujet tabou en Algérie. Les difficultés et les sévices que subissent les homosexuels algériens est un dossier que personne n’ose traiter dans notre. Et même si le lundi 11 février, un rassemblement s’est tenu sur le campus de la faculté de médecine en hommage à Assil Belalta, personne n’a osé élever la voix pour condamner cette « homophobie ambiante » que de nombreux algériens banalisent pour ne pas dire la légitiment.

Le meurtre barbare du jeune Assil Belalta ne doit en aucun cas justifier le maintien de ce silence complice face à cette homophobie criminelle. Les homosexuels algériens ont le droit à la vie comme n’importe quel autre citoyen. Leur différence n’est pas une tare ni un vice ni encore moins un motif pour se taire face aux agressions criminelles dont ils sont victimes au quotidien. Il est temps d’affirmer haut et fort que tous les Algériens doivent être égaux peu importe leur religion, leurs opinions ou même.. leurs orientations sexuelles.

 


Lire la suite sur Algérie Part.



Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites