Enquête. Qui travaille en Algérie ? Qui est chômeur ? Et pourquoi ?



En septembre 2018, la population Active du moment, au sens du Bureau international du Travail (BIT), a atteint 12 463.000 personnes au niveau national, soit une augmentation en volume atteignant 37 000 par rapport à avril 2018 et 165 000 comparativement à septembre 2017.

La population active féminine a atteint, pour sa part, 2 435 000 et constitue ainsi 19,5% de la population active totale. Le taux de participation à la force de travail de la population âgée de 15 ans et plus (ou taux d’activité économique) a atteint 41,7%, soit un recul de deux dixièmes de point par rapport à avril 2018. Décliné par sexe, il est estimé à 66,7% auprès des hommes et 16,4% chez les femmes.

Sept occupés sur dix sont salariés

La situation du marché du travail, en cette période, se caractérise essentiellement par une
augmentation relativement timide du volume de la population active par rapport à avril 2018 ; 0,3%. Cependant, cette augmentation est une résultante d’un léger recul du volume de la population pourvue d’un emploi, associé à une augmentation du volume de la population à la recherche d’un emploi au cours de cette même période (un accroissement de 84 000 ).

La population occupée du moment est estimée à 11 001 000 dont 1 961 000 femmes. La population féminine occupée forme 17,8% de la main d’œuvre totale. L’enquête fait ressortit une baisse de 47 000 dans le volume de la population occupée par rapport à avril 2018, cette baisse est observée essentiellement dans le secteur privé.

Le taux d’emploi (ou ratio emploi population), défini comme étant le rapport de la population occupée à la population âgée de 15 ans et plus est de 36,8% au niveau national. Décliné par sexe, il atteint 60,1% auprès des hommes et 13,2% chez les femmes.
Cette période a été marquée par une augmentation du volume de l’auto emploi par rapport à avril de la même année, avec un solde positif de 220 000, une baisse du volume des salariés permanents (55 000), alors que le volume des salariés non permanents connaît une décroissance plus importante estimée à de 233 000.

Près de sept occupés sur dix sont salariés (67,3%). Cette part est plus importante auprès des femmes, puisqu’elle atteint 76,8%. Les résultats de l’enquête font ressortir que 16,1% de la main d’œuvre totale exerce dans le secteur du BTP ( construction) , 16,1% dans le commerce, 15,8% dans l’administration publique hors secteur sanitaire, 14,4% dans la santé et l’action sociale et 11,7% dans le secteur des industries manufacturières.

Des disparités significatives sont observées selon le sexe, puisque 76,9% de l’emploi féminin est concentré dans l’administration publique, les secteurs de la santé et l’action sociale et dans les industries manufacturières.

Comparativement à avril 2018, nous enregistrons ainsi une baisse dans le volume de la population occupée dans les secteurs de la construction (127 000), l’agriculture ( 79 000) et les industries manufacturières ( 43 000). Tandis que les services marchands, le commerce et le secteur des transport et communication ont connu une augmentation du
volume de la main d’œuvre (respectivement 87 000, 61 000 et 33 000).

La ventilation selon le secteur juridique fait ressortir que le secteur privé absorbe 62,8% de l’emploi total, avec un volume de 6 911 000. L’emploi féminin se démarque par une plus grande concentration dans le secteur public qui absorbe 59,1% de la main d’œuvre
féminine totale.

55,9% de l’emploi total des employés administratifs

Ventilé par groupe de professions, l’emploi féminin absorbe 55,9% de l’emploi total des employés administratifs, 54% des professions intellectuelles, 37,6% des professions intermédiaires (cadres moyens), et 6,5% du groupe de profession « Directeurs et gérants ».

La population en Chômage au sens du BIT, est estimée à 1 462 000 personnes, le taux de chômage a atteint 11,7% au niveau national, avec une augmentation de 0,6 point par rapport à avril 2018, pour atteindre le même niveau observé en septembre
2017.

Ventilé par sexe, le taux de chômage a augmenté davantage chez les hommes, puisqu’il est
passé de 9,0% à 9,9% entre avril et septembre 2018. Alors que le taux de chômage féminin a connu une légère baisse au cours de cette période, passant de 19,5% à 19,4% Le taux de chômage des jeunes (16-24 ans) est passé à 29,1%, soit une hausse de 2,7 points par rapport au mois d’avril.

Par ailleurs, la répartition des chômeurs selon le diplôme obtenu fait ressortir que 668 000 chômeurs n’ont aucun diplôme, soit 45,7% de l’ensemble de la population en chômage. Les diplômés de l’enseignement supérieur en forment 27,9%, alors que les diplômés de la formation professionnelle en constituent 26,4%.

Un chômeur sur deux est un chômeur de longue durée

En moyenne, plus d’un chômeur sur deux (56,9%) est un chômeur de longue durée ; cherchant un poste d’emploi depuis une année ou plus.

Les chômeurs ayant déjà travaillé par le passé sont estimés à 728 000, formant ainsi 49,8% de la population en chômage; constituée majoritairement d’hommes (79,9%). Les trois quarts de cette population travaillaient comme salariés non permanents et 73,7% étaient dans le secteur privé.

41% exerçaient dans le secteur des services marchands, 21,8% dans l’administration et 21,7% dans le secteur de la construction. 62,9% ont quitté leur dernier poste d’emploi pour des raisons de fin de contrat, de cessation d’activité de l’entreprise ou de
licenciement . D’autre part, la population qui se situe dans le « halo du chômage » a atteint, en septembre 2018, un volume de 1 637 000 personnes, soit une augmentation de 203.000 par rapport à avril. Les femmes en constituent 56,6%. Il s’agit d’une population relativement jeune ; les moins de 30 ans constituent plus de la moitié de cette population (51,6%).

Cette population est caractérisée par son faible niveau d’instruction ; 70,5% n’ont aucun diplôme, alors que 55,1% n’ont pas dépassé le cycle des études moyennes. 29,4%
n’ont pas effectué de démarches pour trouver un emploi car ils pensent qu’il n’y a pas de postes d’emploi ou parce qu’ils n’ont pu trouver un emploi par le passé et 26,4% pour des raisons familiales.

Soulignons enfin que les résultats de cette enquête sont puisés auprès d’une enquête par sondage effectuée auprès des ménages et réalisée par l’Office National des Statistiques (ONS) afin de disposer des principaux indicateurs du marché de travail par rapport à une
période de référence. Cette enquête constitue l’une des pièces maîtresses du dispositif statistique qui permet la mesure de l’emploi et du chômage.

Elle permet de fournir annuellement une situation du marché du travail à un moment donné : le volume de la population active, l’effectif des chômeurs et le taux de chômage, les caractéristiques des personnes présentes sur le marché du travail, de celles qui arrivent ou le quittent, etc… Elle est fondée sur le principe de la population active du moment.
L’enquête Emploi s’appuie fondamentalement sur les concepts et définitions permettant la mesure de l’activité selon les recommandations du Bureau International du Travail (BIT), définis et adoptés lors des conférences internationales des statisticiens du travail (1954 et 1982), ce qui permet la comparabilité internationale.

Source : ONS 


Lire la suite sur Algérie Part.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites