L’argent, les privilèges et le sens du vent

l’autre visage caché de Seddik Chihab



Qui est Seddik Chihab ? Assistant arpenteur géomètre de formation. Il s’est fait recruter à Naftal où il a rejoint le syndicat avant même d’avoir une affectation ou une mission de travail clairement établie. Il a flirté avec le syndicat islamiste du FIS. Il a été évacué de l’UGTA par le regretté Benhamouda. Il a été, ensuite, parachuté DEC à la mairie de Kouba avant de se faire élire Président de l’APC en 1997.

Il a des biens fonciers et immobiliers dans la commune de Kouba mais aussi dans les plusieurs autres communes et localités comme Garidi ou Bir Mourad Rais. Plusieurs sources concordantes ont confirmé à Algérie Part que Seddik Chihab a bien tiré profit de ses échanges de bons procédés avec ses collègues maires dans les autres communes de la capitale Alger.

Il devient plus tard sénateur puis député. Il a été directeur de campagne d’Abdelaziz Bouteflika en 2014 dans la wilaya d’Alger. Il a fait des pieds et des mains pour être nommé directeur de campagne de Bouteflika pour le 5è mandat. Il a utilisé sa position dans la direction de campagne pour attirer des hommes d’affaires et leurs financements en espèces et sans contrôle financier. C’est pour cela qu’il voulait aussi rempiler dans la campagne du 5è mandat.

Force est également de constater que Seddik Chihab a « casé » ses enfants dans des postes publics pendant longtemps : un fils à Air Algérie ( au niveau de l’Aéroport d’Alger), un autre de ses fils, sa fille et son neveu ont travaillé longtemps à l’administration de l’APN, le parlement algérien. Et l’un de ses enfants avait tout simplement bénéficié d’un emploi fictif à l’administration de l’APN puis au sein du Conseil de la Nation. Un emploi fictif car il ne se présentait même pas au travail. Sa fille a été nommée également comme cadre au Ministère des Affaires Etrangères sur recommandation d’Ahmed Ouyahia.

Maintenant que le vent a tourné, Seddik Chihab retourne sa veste et tourne le dos à Bouteflika et ses 20 ans de règne qui ont, pourtant, fait de lui un multimilliardaire. Mais quoi de plus normal pour quelqu’un qui est passé de l’UGTA au syndicat du FIS, puis aux Délégations Exécutives Communales après l’arrêt du processus électoral, puis au RND puis avec Bouteflika. Au final, Seddik Chihab fait la seule chose qu’il sait faire : suivre le sens du vent. L’Algérie a-t-elle encore besoin de dirigeants politiques de cet acabit ?


Lire la suite sur Algérie Part.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites