Gaïd Salah veut imposer l’élection présidentielle et réorienter les marches populaires



Le général de corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’armée a repris ses discours politiques. S’exprimant aujourd’hui depuis Ouargla, Gaïd Salah s’est montré, une nouvelle fois, opposé aux revendications exprimées par les Algériens qui exigent le changement du système et le départ de toutes les figures du régime en place.

« La tenue des élections présidentielles mettra un terme à tous ceux qui tentent de faire perdurer cette crise. Il est certain que l’étape principale serait d’accélérer la création et l’installation de l’instance indépendante pour l’organisation et la supervision des élections », a déclaré le chef de l’état-major de l’armée. Il n’a pas manqué de mettre en garde contre ce qu’il qualifie, depuis le début de la révolution pacifique, de « conséquences désastreuses du vide constitutionnel ».

Outre le fait de camper sur ses positions concernant le maintien du scrutin du 4 juillet, rejeté par la grande partie des manifestants à travers tout le pays et par l’ensemble de la classe politique, Gaïd Salah est allé plus loin encore en voulant s’immiscer dans l’organisation des marches populaires qui brandissent des slogans qui ne sont pas à son gout. « Il devient impératif de revoir la manière d’organiser ces manifestations et la nécessité de les encadrer par des personnes ayant un esprit nationaliste responsable (…) », a-t-il dit.

Pour lui, « Il est préférable que les marches se caractérisent par un niveau raisonnable et suffisant d’organisation et d’encadrement efficace pour faire émerger de vrais représentants qui se distinguent par leur sincérité et intégrité pour transmettre les revendications légitimes de ces marches, en leur évitant toute forme d’anarchie et de tomber dans le piège de l’infiltration par des individus ayant des plans suspects qui utilisent ses manifestations comme un portail pour scander leurs slogans et brandir leurs bannières, et une passerelle pour transmettre certaines revendications irrationnelles, telle que l’exigence du départ collectif de tous les cadres de l’Etat (…) ». Cette dernière revendication, selon lui, est « irraisonnable, voire dangereuse et malveillante, qui vise à déposséder les institutions de l’Etat de ses cadres et les dénigrer (…) ».

Il convient de rappeler à ce propos que Gaid Salah a été visé par des slogans hostiles, tel « Une république et non une caserne » scandé par des foules qui soupçonnent une volonté de mettre en place une dictature militaire en Algérie.


Lire la suite sur El Watan.



Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites