Contribution. Les corrompus devant les tribunaux, chiche !



J’ai aujourd’hui 64 ans et j’ai toujours entendu dire par les officiers supérieurs, par cycle, que l’armée ne fera plus de politique et que les corrompus feront l’objet de poursuites pénales. Si vous en décidez ainsi c’est toujours, à chaque fois, la preuve que vous faites de la politique et en avez toujours fait.

 

 

Vous venez de déclarer, encore et toujours, que les corrompus feront l’objet de poursuites et seront amenés devant les juges.

 

Si nous excluons cette période actuelle, beaucoup plus provoquée par la gronde de la rue et, en prétexte, l’occasion de vous débarrasser des gêneurs et de ceux qui risquent de vous faire de l’ombre, le discours est aussi mensonger que celui que j’écoutais lorsque j’étais en culotte courte.

 

Commençons par les faits car aucune preuve contraire ne saurait contredire une évidence que chaque Algérien a vécu depuis un demi-siècle.

 

Dès notre jeunesse, aucun marché public, aucune autorisation de commerce extérieur, aucun permis de construire de grande envergure ne pouvait être accordé sans l’intervention, directe ou indirecte, d’un colonel.

 

Aucun permis de construire ne pouvais être délivré sans l’intervention d’un commandant, aucune prise en charge médicale ou quelles que soient les demandes nécessitant un parcours du combattant de longue haleine.

 

Et si nous continuons dans les compétences hiérarchiques, aucun billet d’Air Algérie ne pouvait être accordé, les vols étant toujours surbookés en Algérie, sans l’intervention d’un lieutenant.

 

Et lors des grandes pénuries, aucune queue devant les magasins ou par la porte de derrière ne pouvait s’organiser sans le couvert de cette hiérarchie sociale absolument inédite dans le règne humain. C’était d’abord la femme du colonel (pardon, son chauffeur), puis la sœur du commandant, la voisine du lieutenant et ainsi de suite.

 

Un jour, les colonels sont devenus des généraux et l’économie algérienne s’est libérée en même temps que la rente pétrolière s’est accélérée. Ce sont les bateaux entiers de marchandises, les usines entièrement clés en main, les exportations fabuleuses et bien d’autres transactions économique sur lesquels se sont engouffrées les corruptions stratifiées dues aux grades militaires.

 

Alors, monsieur Gaȉd Salah, lorsque vous promettez une chasse contre la corruption, j’applaudis des deux mains et je vous félicite. Comme je crois en votre sincérité, je n’ai aucun doute que vous allez commencer par ceux qui sont les plus grands responsables de ce racket national des deniers des Algériens, jusqu’au vomi.

 

Je vous propose donc de vérifier les disponibilités et les empires immobiliers des militaires, nationaux et offshore. Mais comme j’ai décrit le processus plus haut, il faut absolument vérifier ceux des familles et des amis. Vous êtes conscients que tout cela est une affaire mafieuse de type familial et associatif.

 

Pour ce qui est des fortunes intérieures, cela ne saurait être difficile. Il suffit d’appliquer le taux d’inflation cumulatif des propriétés acquises par les groupements humains syndiqués autour du militaire concerné. Un simple calcul en addition, soustraction et division pourrait permettre à un écolier de constater la différence.

 

Quant aux avoirs extérieurs, vous le savez mieux que quiconque car les généraux algériens ont acquis par l’expérience les plus hauts diplômes de management et de finance. De nombreux outils d’investigation existent comme le système d’échange automatique des données bancaires, érigé en convention internationale, que la majorité des pays dans le monde ont signé.

 

Il suffit d’apposer votre signature sur la proposition de loi, que valideront les députés à vos ordres et les différentes institutions de contrôle de légalité des textes législatifs, à genoux et terrifiées, à vos pieds. Vous en avez crée une flopée dans cette constitution qui est la votre.

 

Si vous allez dans ce sens, monsieur Gaȉd Salah, je viendrai défiler avec vous pour cette fantastique revendication. Des dizaines de milliers de personnes handicapées, des mères isolées avec enfants et de bien d’autres nécessiteux attendent votre action. Des dizaines d’années de financement de ces populations pourraient être assurées du fruit de votre immense promesse.

 

Ne les décevez pas !

 

Mais un conseil, prévoyez une longue période d’intérim à votre poste parce que je ne peux vous garantir ni votre retour ni la durée de votre absence si votre projet se concrétise. Et il fait humide dans les prisons Algériennes !

 

Par SID LAKHDAR Boumédiene, Enseignant


Lire la suite sur Algérie Part.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites