Un record de vacanciers à la frontière algéro-tunisienne

La modernisation des postes algériens retardée par la Tunisie



On pensait avoir tout vu des files des voitures et des foules qui se massent au poste frontalier d’El Kala, mais, selon les nombreux témoignages qui sont parvenus, c’est un tsunami de 25 000 vacanciers qui a pris d’assaut les hauteurs du Djebel Haddada (Om Teboul, El Kala, El Tarf) où se font face les postes frontaliers algérien et tunisien. C’est la plus importante zone de passage terrestre d’Afrique avec un demi-million de passagers par an, soit près du quart des Algériens qui choisissent la Tunisie pour destination de vacances.

Les vacanciers sont rentrés de Tunisie et ont quitté El Kala à la veille de l’Aïd. Beaucoup aussi sont restés chez nos voisins de l’est car les hôtels leur ont offert des tarifs très avantageux. El Kala et les postes frontaliers se sont littéralement vidés. Entre le 15 juillet et la veille de la fête religieuse, la moyenne des passages se situait autour de 10 000 personnes dans les deux sens, où il faut compter dorénavant avec de nombreux Tunisiens qui viennent en Algérie.

Jeudi, dans la matinée, la Police de l’air et des frontières (PAF) à Om Teboul a enregistré 25 000 Algériens qui se rendaient en Tunisie. De mémoire d’homme, jamais ce chiffre n’a été atteint. Mercredi, ce sont seulement 10 000 passages d’Algériens dans un seul sens qui ont été enregistrés contre 3000 Tunisiens. Ce qui n’est pas peu.

Pour faire face à cette exceptionnelle migration annuelle, 13 box de la PAF et des Douanes ont été mis en service au lieu des 4 habituels. Une panne de quelques heures du transformateur électrique, vite suppléé par des groupes électrogènes, n’a pas affecté la cadence des formalités. En fait, les vacanciers algériens se plaignent et pestent contre la lenteur des formalités tunisiennes. Les touristes franchissent rapidement le poste algérien, mais sont bloqués au poste tunisien qui devient un goulot d’étranglement avec tous les désagréments que cela provoque, notamment les passe-droits et la petite corruption. Les attentes sont également très pénibles pour les vacanciers, en famille pour la plupart, qui doivent attendre dans des locaux exigus ou sous le soleil. Et lorsque ces espaces sont pleinement occupés, les Algériens sont alors stoppés à l’entrée du poste tunisien, ce qui provoque un second goulot avec cette fois les véhicules.

Indéniablement, l’Algérie a considérablement amélioré le passage au poste frontalier d’El Kala. Rien de comparable avec le passage il y a seulement quelques années, où on se présentait aux guichets la gorge nouée de peur d’y passer la journée et la nuit. Ce qui est appelé «l’autopassage», c’est-à-dire effectuer les formalités en quelques minutes sans descendre de son véhicule, l’informatisation des opérations de contrôle et la possibilité de déposer a priori son TPD (Titre de passage en douane) du véhicule par internet sur le site des Douanes algériennes. Les Algériens, qui sont près de 2 millions à visiter la Tunisie, ne comprennent pas pourquoi les autorités tunisiennes ne prennent pas plus de dispositions pour éviter ces goulots d’étranglement.

Des guichets supplémentaires même à l’extérieur et suffisamment de personnel pour accueillir le flux de vacanciers peuvent faire l’affaire en attendant la fin des travaux de modernisation et d’agrandissement du poste. Des structures qui pourront accueillir 2,5 millions de touristes algériens, comme l’a déclaré le chef du gouvernement, Youssef Chahed, lors de sa visite sur les lieux, le 17 juillet 2019, pour inaugurer le centre commercial qui lui tourne déjà à plein régime avec ses 300 emplois créés.


Lire la suite sur El Watan.



Publier des annonces gratuites

Petites annonces Babalweb Annonces

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites