Les mairies de Boudjima et Aït Aïssa Mimoun fermées



...

Les sièges des assemblées populaires communales de Boudjima et d’Aït Aïssa Mimoun ont été fermés, hier, par des citoyens mécontents.

Ces derniers exigaient la prise en charge de leurs revendications. En effet, le siège de l’APC de Boudjima, daïra de Makouda, a été fermé dès les premières heures de la matinée par les habitants du village Tala N’Teghla, qui ont décidé d’avoir recours à cette action de protestation, après avoir épuisé toutes les voies du dialogue, ont indiqué, hier, les représentants de ce grand village qui vivent dans des conditions déplorables, selon eux.

A noter que les citoyens de Tala N’Teghla déplorent le fait que les autorités n’aient pas trouvé de solution au problème du pont qui dessert leur village, et qui menace de s’effondrer à tout moment, pour éviter que le pire se produise à l’arrivée de la saison des pluies. Les citoyens de ce village interpellent également la Direction des travaux publics de la wilaya de Tizi-Ouzou pour intervenir au plus vite, afin de parer au plus pressé car vu l’état dans lequel se trouve le pont actuellement, rien ne garantit qu’il pourra tenir dès que les premières pluies commenceront à s’abattre sur la région, en hiver.

La sonnette d’alarme est donc tirée. Par ailleurs, les habitants de ce même village ont déploré le fait que les travaux d’assainissement aient démarré, avant d’être abandonnés et non repris jusqu’à ce jour. De leur côté, les habitants et les transporteurs de voyageurs de la commune d’Aït Aïssa Mimoun ont fermé, hier, le siège de leur mairie pour dénoncer un certain nombre de problèmes dans lesquels ils se débattent depuis plusieurs années, sans que les autorités concernées ne les prennent en charge, et ce malgré les promesses maintes fois réitérées. Les protestataires ont, de ce fait, déploré l’état catastrophique dans lequel se trouve la route reliant l’un des plus grands villages de la commune, à savoir Ighil Bouchène, au chef-lieu d’Aït Aïssa Mimoun. Il s’agit d’un tronçon de 7 km qui rend les déplacements des automobilistes et surtout des transporteurs très pénible.

Ce sont bien sûr les transporteurs qui en pâtissent le plus, car ils font ce trajet plusieurs fois par jour. Il convient de noter que les citoyens ayant fermé le siège de l’APC ont interpellé les responsables de la Direction des travaux publics de la wilaya de Tizi-Ouzou afin qu’ils interviennent au plus vite pour mettre un terme à leur calvaire.

D’ailleurs, le maire d’Aït Aïssa Mimoun a soutenu entièrement les protestataires, en indiquant que ce tronçon routier n’est pas le seul à se trouver dans un tel état. Le P/APC cite le cas de la route d’Adjaoudj, qui s’étale sur 3 km, et de pas mal d’autres routes à travers les villages dépendant de sa commune. Le même responsable a précisé, en outre, que concernant le tronçon de 7 km d’Ighil Bouchène, le projet pour sa réfection existe ainsi que le budget et l’entreprise. Quant au retard dans le lancement des travaux de réfection de cette route, il l’impute à l’entreprise en question. Le même responsable a ajouté, dans une déclaration faite à la presse, qu’il interpelle la Direction des travaux publics pour réagir afin de débloquer ce projet.
A Mohellebi.


Lire la suite sur La Dépêche de Kabylie.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites