Confidentiel. Le général Ahmed, la « tchippa », les villas et le silence complice de l’institution militaire



Comme il a été annoncé auparavant dans une précédente publication, Algérie Part a lancé des investigations pour dévoiler aux Algériens et algériennes le rôle troublant joué par plusieurs hauts gradés des « services » dans l’enracinement dangereux de la corruption en Algérie. Des hauts gradés que l’actuelle institution militaire continue de protéger alors que les discours officiels tentent de berner les Algériens en leur promettant une lutte sans pitié et merci contre les corrompus et corrupteurs. 

Ces discours ne semblent pas s’appliquer sur le général Ahmed, connu sous le nom d’Abdelkader Kherfi, l’ancien patron de Direction du Contre Espionnage algérien (DCE), l’homme qui avait succédé au défunt Smail Lamari. Le général Ahmed était l’un des hauts gradés les plus influents du DRS et des services algériens entre 2007 et 2011. Il avait notamment sous sa coupe la direction contrôle le Centre principal des opérations (CPO), localisé à Ben-Aknoun dans une caserne appelée « Centre Antar ».

En décembre 2011, le général Ahmed aurait été enlevé de son poste suite aux nombreux coups durs essuyés par les services de sécurité dans la lutte contre AQMI. Mais ses échecs cuisants ne l’ont pas empêché de faire prospérer ses affaires sur le dos de l’institution militaire.  Protecteur et parrain d’Ali Haddad au début des années 2000, le général Ahmed est à l’origine de la fortune étonnante de plusieurs influents et richissimes hommes d’affaires notamment ceux qui représentent des sociétés étrangères à Alger.

Des hommes d’affaires qui renvoient bien l’ascenseur à leur protecteur le général Ahmed. Ce dernier s’est offert ainsi un énorme patrimoine financier et immobilier à l’image de ces 3 villas au prestigieux Parc Bigorie à Ben Aknoun. 3 villas situées dans une impasse et chaque demeure est collée à une autre permettant ainsi au général Ahmed de s’offrir toute une rue.

L’ex-patron du contre-espionnage algérien n’a pas hésité à faire des affaires avec la puissance tant honnie et diabolisée, à savoir la France. Deux appartements au 8e arrondissement et au 16e arrondissement sont gérés par ses 3 enfants. Il est impossible de résumer toutes les affaires florissantes du général Ahmed dans un seul article. Algérie Part reviendra sur le parcours troublant de ce général algérien dans ses prochaines publications.


Lire la suite sur Algérie Part.



Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites