Sid Ahmed Agoumi. Président du jury de l’émission «Comedia Fun»

L‘émission donne du rêve aux jeunes comédiens



...

Le plus doué des acteurs conseille, depuis le début du Ramadhan, de jeunes humoristes lors de l’émission de téléréalité «Comedia Fun».

- Pourquoi avoir accepté de présider le jury de «Comedia Fun» ?


C’est parce que je suis, depuis très longtemps, en rupture avec la jeune génération d’acteurs algériens que j’ai accepté, avec une certaine réticence au début, de présider le jury de cette émission. D’autant que je ne regarde que très rarement la télévision algérienne du fait que je joue pratiquement tous les soirs au théâtre. J’ai estimé qu’il était donc un peu de mon devoir de m’intéresser à la nouvelle scène artistique nationale grâce à l’opportunité qui m’était offerte. L’émission «Comedia Fun» me permet d’avoir une idée précise de ce qui se fait actuellement en termes de formation au sein de l’Institut d’art dramatique. Je dois vous avouer que je ne suis pas déçu par ma décision, car de ce que j’ai vu lors de la première émission m’a agréablement surpris. Il y a du potentiel chez certains candidats en compétition.

 

- Quel jugement portez-vous sur ce genre d’émission ?


C’est un bien fait et un mal fait. C’est un bien fait parce que ça permet à de jeunes talents de se faire connaître, mais en même temps, c’est un handicap parce que cela nuit à la formation. Si ces jeunes pensent rapidement atteindre la gloriole sans formation, ils vont rapidement déchanter. Il est très dur actuellement d’accéder à la gloire, car nous vivons une époque de consommation hâtive. C’est pour cela qu’aujourd’hui, il n’y a plus de comédiens qui perdurent dans la mémoire collective comme cela avait été le cas avec nos prédécesseurs. Les jeunes humoristes  qui participent à l’émission ne pourront faire l’impasse d’une formation d’acteur qui leur permettra d’apprendre la maîtrise de la scène, de l’élocution, de l’intelligence du texte, la nuance, la rupture de ton… Pour en revenir à votre question, je dirai que cette émission apporte du rêve à des jeunes comédiens qui en ont bien besoin. Cela leur permet aussi d’être maîtres de leur devenir. Quoi qu’il en soit, à la fin de l’émission, tous ces jeunes sortiront enrichis par cette aventure.

 

- Si l’émission avait existé à vos débuts, auriez-vous postulé ?

Non, car j’ai toujours privilégié le théâtre. De plus, je n’ai jamais fait ce métier pour être connu. Le métier d’acteur est une passion que m’a inculquée la pratique théâtrale. D’ailleurs, je suis tellement attaché au théâtre que je considère le cinéma comme une récréation. Je peux dire que j’ai fait du cinéma pour un peu me faire connaître, idem pour la télévision. Pour en revenir à l’émission, je dirai qu’elle comble un vide du fait du peu de création théâtrale. C’est pour cela que je dis que l’ouverture de la télévision est une opportunité extraordinaire pour ces jeunes, mais en même temps, ce genre de programme n’est pas suffisant pour former un acteur. Tant qu’un acteur n’est pas confronté aux grands textes de la littérature, il est handicapé le restant de sa carrière.


Lire la suite sur El-Watan.

Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites