Les raisons qui poussent les députés à abandonner le Parlement aux ministres



...

Par Houari A. – C’est face à un hémicycle aux trois quarts vide que les membres du gouvernement Bedoui pérorent pour faire passer des lois auxquelles les citoyens ne reconnaissent aucune légitimité. Pourquoi les députés fuient-ils le Parlement dans ces moments où le système a le plus besoin d’eux pour légitimer l’exercice d’un pouvoir usurpé par la force et la ruse après la démission de Bouteflika ?

«Cette absence ne peut être interprétée que de deux façons. Soit les députés boudent le gouvernement et refusent de cautionner ses projets de lois pour éviter de s’attirer les foudres d’une population extrêmement remontée contre eux, soit ils ne ressentent pas le besoin d’assister aux interventions des ministres puisqu’ils seront de toutes les façons amenés à donner leur quitus à toutes les mesures qui seront prises par les tenants du pouvoir et ne se rendront au boulevard Zighout-Youcef que le jour du vote comme ils ont toujours agi», indiquent des sources informées.

Pour ces sources, «les députés sont pris entre le marteau du peuple qui veut leur tête au même titre que tous les symboles du système Bouteflika dont ils sont issus, et l’enclume d’un chef d’état-major bourru prêt à aller jusqu’au bout de sa logique pour imposer sa feuille de route quitte à remplir les prisons jusqu’à n’en plus pouvoir». «Mais il va sans dire que toutes les lois présentées devant le Parlement seront évidemment votées à la quasi-unanimité après que certains députés ont fait leur cinéma et montré une résistance factice face au pouvoir exécutif, dans ce qui s’apparente à une mise en scène similaire à la grève des juges et à l’ouverture timide des médias aux voix discordantes ces derniers jours», expliquent nos sources.

«Tout est machination et manœuvre», soulignent nos sources qui précisent que «le pouvoir qui est en fin de vie tente de se frayer un chemin dans l’allée de plus en plus étroite qui le mène à sa déchéance, de sorte à se prémunir des retombées de ses nombreuses frasques et de ses dépassements passibles de justice». «Une justice indépendante et honnête qui sera mise sur pied au lendemain de la véritable élection présidentielle voulue par l’écrasante majorité du peuple et non la mascarade électorale du 12 décembre par laquelle le régime veut enterrer tout espoir de démocratie dans le pays», concluent nos sources.

H. A.


Lire la suite sur Algérie Patriotique.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites