Le monoxyde de carbone a tué 132 personnes en 2019



...


Le bilan des dégâts humains causés par le monoxyde de carbone durant cette année, soit du 1er janvier au 30 novembre 2019, s'élève à 132 morts et plus de 1 900 personnes secourues, a-t-on appris ce lundi du colonel Chawki Farouk, directeur des données et statistiques à la Direction générale de la Protection civile. Au podium de ce sinistre bilan vient Sétif en première position, suivie d'Alger et de Constantine. La wilaya de Tlemcen occupe la quatrième position, précise au Jeune Indépendant le capitaine Nassim Bernaoui, chef de bureau de l'information et de la sensibilisation au niveau central. Ce dernier précise qu'en période de froid, le nombre de victimes secourues par jour peut atteindre 40 personnes.


Ces chiffres ont été donnés en marge d'un regroupement organisé au siège de la direction de wilaya du corps de secours destiné aux chefs de bureaux des statistiques de la Protection civile de 16 wilayas de l'Est, dont deux du Sud, Ouargla et El-Oued en l'occurrence. Ce rendez-vous, le troisième après ceux organisés à l'ouest et au centre du pays, vise à mettre en place, précise le colonel Chawki qui a présidé le lancement de la rencontre, des études de perfectionnement sur la collecte de données opérationnelles des interventions de toutes les unités de la Protection civile à l'échelle nationale. Ce qui va contribuer à la prise de la bonne décision mais aussi au redéploiement stratégique des moyens humains et matériels et plus encore à l'installation de nouvelles unités pour des interventions plus efficaces mais aussi pour une prévention plus ciblée.


Près d'un million d'interventions ont été effectuées en 2019 par les différentes unités de la Protection civile à l'échelle nationale. Alger occupe la première position avec plus de 100 000 interventions annuelles. La capitale de l'Est avoisine 35 000 interventions par an. Selon le colonel Chawki, parmi les 3 600 interventions quotidiennes, plusieurs peuvent être évitées. C'est pourquoi « nous avons besoin d'avoir une analyse poussée qui va permettre la prise de décision, notamment dans le domaine préventif », a-t-il dit. Concernant le phénomène des inondations, l'interlocuteur a expliqué qu'il reste relativement localisé et chaque wilaya et même chaque commune a des spécificités où pour certaines plusieurs points noirs ont été recensés. Le phénomène est souvent imprévu et les informations fournies par les services de Météo-Algérie restent fiables et permettent, dans une certaine mesure, la prise de prédispositions au niveau local. Le colonel a précisé en outre qu'au niveau national, 37 wilayas sont exposées au phénomène et qu'il reste impératif d'y faire face pour épargner le maximum de vies.



Par ailleurs, et en matière de présence opérationnelle, la Protection civile couvre pratiquement 100% du territoire national et des perspectives d'installation de nouvelles unités pour renforcer ce déploiement sont en cours, que ce soit des unités secondaires ou des postes avancés, notamment au niveau des point ciblés grâce justement aux chiffres et statistiques collectés, rassure le capitaine Bernaoui.


Lire la suite sur Le jeune indépendant.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites