Ghardaïa

A quand le bitumage des routes ?



...

La ville de Ghardaïa, chef-lieu de wilaya, n’a jamais connu autant de chantiers lancés simultanément, concernant aussi bien l’aménagement urbain que le bitumage de certaines voiries, la rénovation des réseaux du Gaz et d’assainissement, d’eau potable, ainsi que l’amélioration de l’environnement naturel.

Il s’agit d’une intervention d’envergure qui a été engagée par la wilaya au vu de l’état lamentable dans lequel se trouvaient justement les routes très fréquentées, les principaux carrefours de la circulation, le réseau d’assainissement et les trottoirs espaces verts, pour ne citer que ceux-là.

En dépit de la lenteur dans la réalisation de certains ouvrages, c’est tout de même avec un profond sentiment de soulagement que la population locale accueille les travaux en question qui vont sans doute avoir un impact
positif sur la qualité de vie des habitants et l’image de cette ville qui se dit porte du
désert.

C’est pourquoi les automobilistes et motocyclistes ont appris à composer avec ces chantiers qui vont dans l’intérêt de l’ensemble des usagers. Ils insistent cependant sur la célérité dans la remise en état de certains
travaux achevés sur la chaussée, notamment au centre-ville.

Ainsi, la wilaya procède au lancement d’une série de travaux d’entretien et de bitumage de quelques tronçons de route à travers quelques communes de la Wilaya. Rappelons que depuis le début de l’année 2023, le wali,
Abdallah Abinouar avait procédé officiellement au lancement les travaux de deux projets de la double voie, sur la nationale 49 reliant les deux wilayas Ghardaia et Ouargla, sur un linéaire de 20 km et sur la double voie du chemin de Wilaya N°33, reliant Berriane à Guerrara, sur un linéaire de 12 Km, ainsi que l’entretien d’autres chemins de
wilaya et quelques voiries urbaines dans le Chef-lieu de Wilaya.

Cette série de lancement de reconstruction et d’aménagement des voiries est la concrétisation de la promesse
faite par l’Etat, dans le cadre du programme de modernisation des villes du Sud du Pays.

Or, ces aménagements urbains ne touchent pas tous les quartiers de la ville de Ghardaïa. Certaines routes dans
plusieurs quartiers font l’objet de l’oubli ou d’omission, tels que : Touzouz, Baba- N’Chacha, Chouahines, Attrouche, Taourirte, pour ne citer que ceux-là.

Depuis des années durant, les citoyens de ces quartiers oubliés souffrent le martyre à cause de l’état lamentable des rues de leurs quartiers. Déjà en raison de forts creusages et de l’absence d’avaloirs d’éventuels orages
et la descente libre d’eau de pluie (quand elle arrive) qui dévale parfois sur près de Un
kilomètre, charriant avec elle toutes sortes de matériaux durs et même de détritus abandonnés par certains citoyens
inconscients, arrivant parfois à obturer l’entrée de certaines habitations et subit parfois diverses dégradations le long de son parcours.

Selon certains témoignages et des informations recueillies auprès des habitants de ces quartiers délaissés, des lettres en gros de revendication ont été adressées aux autorités locales pour prendre en considération l’aménagement de leurs quartiers en matière de Goudron, mais en vain.

Devant ce refus énigmatique, les autorités locales ont laissé les choses s’éterniser et ce sont les habitants et les
passagers qui paient les pots cassés et la détérioration de leurs véhicules et même de leurs souliers. Sans oublier les femmes, les enfants et les personnes âgées qui empruntent ces routes sablonneuses, entravées parfois par la boue occasionnées par des fuites d’eau, des crevasses et des grosses pierres. A quand une solution pour les routes de ces quartiers utilisées par pas moins de trente mille personnes quotidiennement, s’interrogent les habitants de la wilaya.


Lire la suite sur Le jeune indépendant.