Résolution de l’Algérie au conseil de sécurité

Veto américain contre le cessez-le-feu à Gaza



...

Le Projet de résolution, présenté par l’Algérie pour un cessez-le-feu humanitaire immédiat à Gaza et l’empêchement du déplacement forcé de la population gazaouie, a été soumis au vote, ce mercredi, au Conseil de sécurité.
Le projet a recueilli treize voix favorables et une abstention (Royaume uni).

Il pouvait mettre un terme au massacre commis par l’occupant sioniste, tuant plus de 30 000 personnes, essentiellement des enfants et des femmes, blessant plus de 60 000 personnes et détruisant quasi totalement l’infrastructure de l’enclave.

Mais il a été torpillé par l’opposition des Etats-Unis. Pour la troisième fois, depuis le 7 octobre dernier, l’ambassadeur américain a utilisé le droit de véto pour permettre à Israël de poursuivre son génocide à Gaza.

“Un vote pour ce projet de résolution est un soutien au droit des Palestiniens à vivre. A l’inverse,
voter contre signifie un soutien à la violence brutale et à la punition collective qui leur est infligée”, avait soutenu l’ambassadeur algérien Amar Bendjama, quelques instants avant le vote.

Il avait vu juste. Les Etats-Unis, visiblement embarrassés de devoir continuellement s’opposer à des initiatives visant l’arrêt de l’offensive militaire contre les Palestiniens, ont proposé une résolution alternative, à la limite de l’ubuesque, soit « un cessez-le-feu temporaire à Gaza dès que ce sera réalisable ».

Comprendre quand la population de l’enclave sera entièrement décimée par les bombes, les tirs de snipers ou la famine et les maladies.

Malgré la perspective du veto américain, le groupe des pays arabes aux Nations unies avait répété avant le vote son soutien au texte de l’Algérie.

“Aucune excuse ne peut justifier l’inertie du Conseil de sécurité et tous les efforts doivent converger
pour stopper le carnage à Gaza”, a fustigé le groupe des pays arabes aux Nations unies, dans un communiqué, devant l’incapacité du Conseil de sécurité à assumer les missions fondamentales, sur la
base desquelles il a été créé.

Le vote sur ce projet de résolution intervient après la décision fin janvier par la Cour internationale de
Justice (CIJ) qui a appelé l’entité sioniste à arrêter de cibler les Palestiniens, de sanctionner les
responsables sionistes incitant à la violence et d’autoriser l’entrée sans obstacles de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza, un verdict prononcé par rapport à la requête déposée par l’Afrique du Sud accusant l’entité sioniste de «crimes de génocides» dans l’enclave palestinienne assiégée.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.Cet article vous-a-t-il été utile ?Cet article vous-a-t-il été utile ? *Cet article vous-a-t-il été utile? Oui Non Notez *Rate 1 out of 5Rate 2 out of 5Rate 3 out of 5Rate 4 out of 5Rate 5 out of 5Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?L’information manque de précisionL’information est incomplèteL’information contient des erreurs (fautes, liens cassés,…)Autre suggestion:Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article. Envoyer


Lire la suite sur Le jeune indépendant.