Fertial autorisée à exporter 240 000 tonnes d’ammoniac vers l’Espagne et la Suisse



...

Après une période de blocage qui a duré plusieurs mois, la société algéro-espagnole des fertilisants Fertial a été autorisée par le ministère de l’Energie à exporter 240 000 tonnes d’ammoniac, dont 180 000 tonnes pour Transamonia via sa filiale suisse Tramo et 60 000 tonnes pour Fertiberia, la société mère en Espagne.

Cette autorisation est valable d’avril jusqu’au 30 septembre 2020, soit six mois. C’est ce qu’a déclaré à El Watan un haut cadre du ministère de l’Energie, auteur de cette autorisation. Mieux, deux lignes de crédit ont été accordées à Fertial pour financer les opérations d’exportation dont la Société Générale et la BEA.

Cette importante quantité d’ammoniac sera produite exclusivement par l’unité Fertial d’Arzew (Oran) puisque celle de Annaba est l’arrêt depuis mai 2019. «Notre société vient de bénéficier d’une importante quantité d’exportation d’ammoniac vers l’étranger. Nous pourront ainsi soulager notre situation financière locale, même si nous disposons de plusieurs dizaines de millions d’euros à l’étranger.

Désormais, nous allons reprendre nos activités au grand bonheur de l’économie nationale, frappée de plein fouet par la baisse des cours du pétrole et la pandémie de coronavirus», confirment, par ailleurs, des cadres locaux de Fertial. Ainsi, avec ces autorisations à l’exportation, les nuages qui s’amoncelaient à l’horizon sombre de Fertial se sont dissipés au grand bonheur des travailleurs, qui ont été menacés d’être mis en chômage technique.

C’est du moins ce qui ressort d’un communiqué du syndicat des travailleurs qui, en rejetant cette option, a appelé les travailleurs à rester à leur poste de travail. Cette réaction du partenaire social, qui a trait aux mesures d’austérité prises par l’employeur, trouve son origine dans la crise face à laquelle Fertial s’est retrouvée voilà déjà une année. En effet, en 2020 Fertial n’a rien produit, ne vend plus et ne dégage aucun surplus de trésorerie.

Ce qui l’a poussé à envisager, entre autres mesures de rationalisation des dépenses, «la mise en congé, reliquats et congés anticipés, des personnels des usines et du siège dont la présence n’est pas indispensable durant cette phase».

L’autorisation d’exporter accordée à Fertial est, faut-il le rappeler, la seconde depuis le début de l’année, après celle de 40 000 tonnes. «Cette quantité n’a pas été produite mais existait déjà dans le stock de l’entreprise au niveau de l’unité d’Arzew», précisent les mêmes sources. Outre Fertial, cette décision fera aussi le bonheur de la banque BNP Paribas Algérie qui vient de saisir 11% sur les 17% des actions du groupe ETRHB Haddad dans le capital social de l’entreprise Fertial.

Le groupe ETRHB, dont le président Ali Haddad est en prison, n’avait pas honoré les tombées d’échéances de son crédit, un prêt de 3,9 milliards de dinars (30 millions d’euros), octroyé en 2016 par la banque française pour lui permettre d’entrer dans le capital de Fertial. Cette saisie vient suite à une plainte de la BNP Paribas auprès de la justice algérienne pour récupérer son argent à travers la récupération de ses dividendes, générés par l’activité de Fertial.

Parallèlement à l’autorisation d’exporter, un changement a été effectué à la tête du conseil d’administration de Fertial, où Jorge Requena Lavergne a remplacé Javier Goni. Quant au directeur général Stéphane Dieudé, il a été désigné membre du même conseil.


Lire la suite sur El Watan.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites