Covid-19 à Annaba

L'informel s'adapte au confinement



...

La fermeture des différents commerces à Annaba suite à la propagation du nouveau coronavirus a engendré de multiples activités parallèles brassant plusieurs produits.

Tous les commerces sont fermés et pourtant on trouve tout. Il suffit d'y mettre le prix. Par exemple, pour une simple tasse de café, alors que la totalité des cafétérias sont fermées, il suffit d'entrer dans un des couloirs des immeubles de la ville et vous voilà

servi d'un verre de « café presse » à 60 DA, soit le double de son prix. De même pour acheter une paire de chaussures ou un pantalon, vous trouverez les propriétaires de ces commerces installés sur une chaise en face de leurs magasins fermés scrutant les éventuels acheteurs.

Il suffit d'en demander et vous voilà à l'intérieur d'un magasin avec rideau fermé en train de faire votre choix. Le chômage et le manque à gagner ont poussé les petits commerçants à trouver des combines pour survivre. Une situation que les services de sécurité n'arrivent pas de contrôler. Il en est de même encore pour les salons de coiffure qui accueillent, rideaux fermés, quatre à six clients. Tout fonctionne dans le noir malgré le confinement et l'interdiction des activités commerciales, en dehors des commerces d'alimentation générale et des produits pharmaceutiques.

Les cas surréaliste de ce trafic est la vente d'alcool et des drogues qui semblent prendre des proportions alarmantes. Au cours de la dernière semaine, les services de sécurités, gendarmerie et police, sont intervenus plusieurs fois à travers de nombreux quartiers de la Coquette pour saisir de grandes quantités de stupéfiants et d'alcools et procéder à des arrestations. Durant jeudi dernier, 7500 comprimés de psychotropes ont été saisies ainsi que des armes blanches. Bien que la vente des alcools est autorisée à Annaba, mais les commerces sont fermés actuellement, les services de sécurité ont saisie plus de 8000 unités de boissons alcoolisées de différentes marques.

Trois personnes liées à ce trafic ont été arrêtées pour contrebande d'alcool. A Berrahal-ville, une personne a été arrêtée en possession de 900 cartouches de différentes marques et de 310 sachets de tabac à chiquer. Il faut aussi signaler les attroupements de personnes, ici et là dans les quartiers, qui se sont transformées en un véritable marché au noir qui proposent un tas de produits à partir même de leurs domiciles.


Lire la suite sur Le jeune indépendant.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Petites annonces Babalweb Annonces

Publier une annonce gratuite

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites