Une nouvelle initiative politique pour dépasser la crise



...


Une centaine de personnalité partisanes et publiques se sont retrouvés ce mardi à l'hôtel Aurassi à Alger en vue d'élaborer une action politique consensuelle pour dépasser la crise multiforme que vit le pays.
Il s'agit selon ces initiateurs, à leur tête le mouvement Al Bina, d'Abdelkader Bengrina, de « construire un cadre national pour un travail commun associant les forces nationales ‘'intègres et fidèles'' aux constantes nationales.


Le noyau de ce groupe dont les travaux de préparation ont duré un mois, est composé, entre autres, des membres du parti Mouvement ElBina, du Front El Moustakbal, d'El Fadjr ElDjadid, ainsi que de l'Organisation l'Apoce ( association de protection et orientation du consommateur) et la Confédération générale des entreprises algériennes( CGEA).
Etant d'entrée de jeu sur la défensive, le président d'El Fadjr ElDjadid, Tahar Benbaibeche a indiqué que cette conférence se veut « un espace pour exprimer sa vision et qu'elle n'exclut personne ».
« Toute initiative est encourageante pour tout nationaliste fidèle à ce pays. Nous ne devons pas être divergents quand il s'agit de sauver notre pays. Ceux qui ne peuvent pas proposer des initiatives devront se respecter au lieu de verser dans les interprétations de ce que font les autres. », dit le modérateur de cette rencontre.

M. Benbaibeche s'est montré confiant et estime que l'initiative se veut un déclic qui pourrait susciter d'autres entreprises pour « sauver le pays » au bords de l'abîme . « Ce pas est susceptible de provoquer d'autres actions similaires. L'Algérie traverse une période difficile d'où la nécessité de prendre l'initiative et d'assumer une telle responsabilité », précise-t-il.

De son côté, le président du Mouvement ElBina, Abdelkader Bengrina a indiqué que cette initiative visera à devenir une force de proposition et une occasion pour rapprocher les visions en vue d'une réforme et d'un changement autour d'un dialogue « sérieux et responsable ».

Il a fait savoir que les initiateurs tendent à travers leur action à mobiliser l'opinion publique afin de pouvoir adopter une feuille de route « consensuelle » aux contours précis à même de faire sortir le pays d'une crise multidimensionnelle.
les congressistes d'El Aurassi ont rendu public un document contenant quatre principaux axes ; une plate-forme de l'initiative en question, un mémorandum des propositions conjointes relatives au projet d'amendement de la constitution, ainsi qu'une batterie de suggestions liées à la situation socioéconomique du pays et un document de prise en charge de la situation sanitaire due au Covid-19.

Parmi ce « beau monde » ayant pris part à la rencontre d'El Aurassi, figurent la constitutionnaliste Fatiha Benabou, l'avocate, Fatma Zohra Benbrahem, l'ancienne ministre de la Culture Nadia Labidi, la sénatrice, Zahia Benarous, la présidente de la CGEA, Saida Neghza.
Ils ont été présents également le constitutionnaliste Amar Rekhila, l'ancien journaliste Larbi Zouak, Noureddine Ben Brahem, président d'une association pour la défense et la promotion les droits de l'Homme (ADWAA), Farid Benyahia économiste et ancien membre du comité des sages du panel de dialogue de Karim Younès, et une cohorte d'universitaires à l'instar de Ismail Debache, Redouane Bouhidel, Amina Chemami.

D'autres figures dont les noms ont été affichés sur la table ronde des congressistes à l'image du Moudjahid Lakhdar Bouregaa et Sofiane Djilali, président de Jil Jadid, n'ont pas donné signe de vie à cette rencontre. Jil Jadid a dépêché un membre du parti en tant qu'observateur, selon les organisateurs.


Lire la suite sur Le jeune indépendant.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Petites annonces Babalweb Annonces

Publier une annonce gratuite

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites