«Laissez cette équipe travailler»



...

Anthar Yahia, le directeur sportif de l’USM Alger, positif au Covid-19, en confinement depuis quelques jours, sort de sa réserve pour dénoncer la pression exercée sur l’équipe qu’il qualifie de «déstabilisation».
Ayant perdu la rencontre de la Supercoupe d’Algérie, samedi soir, face au CR Belouizdad qui a précipité d’ailleurs le limogeage de l'entraîneur François Ciccolini, non pas à cause du résultat technique mais en raison de son refus d’aller chercher sa médaille, son manquement au protocole d’organisation de ladite confrontation. Un comportement répressible, immédiatement sanctionné par la direction des Rouge et Noir qui a décidé de renvoyer le technicien français. Une décision jugée «juste et correcte» par le directeur sportif de l’USMA qui n’a pas voulu s’attarder sur le sujet. En revanche, Anthar Yahia dénonce la pression exercée sur l’équipe dont il est victime. «Combien d'entraîneurs étrangers ont entraîné l’USMA et ont gagné beaucoup d’argent, mais ils n’ont jamais été aussi critiqués comme je le suis depuis mon arrivée ! Mais moi, je suis un Algérien et je suis venu pour servir le club, c’est pour cette raison qu’on m’attend toujours au tournant, je sais que certaines personnes attendent notre chute, mais pas après le premier match. Ce ne sont que des opportunistes qui souhaitent tout le malheur au club juste pour régler leurs affaires personnelles. Depuis mon arrivée, j’avais expliqué que je ne vendais pas du rêve. Notre projet a besoin de temps pour qu’il se concrétise. Aujourd’hui, il a fallu d’une première défaite pour que certains nous tombent dessus, comme si nous avions joué 20 matchs et nous en avions perdu 18. Non, il faut laisser ces jeunes joueurs travailler. La moyenne d’âge de l’équipe est de 24 ans, alors ils ont besoin de plus de temps pour s’affirmer», a-t-il souligné, en appelant les «vrais supporters» à rester unis et à protéger l’équipe. Anthar Yahia a, par ailleurs, confirmé la nomination de Bouziane Benaraïbi comme entraîneur en chef, succédant ainsi à Ciccolini. «Quels que soient les choix qu’on prend, on n’est pas épargnés par une cabale haineuse. A ce que je sache, M. Hamdi, lorsqu’il avait pris la barre technique de l’USMA, c’était sa première mission comme entraîneur en chef. Il y a aussi des entraîneurs qui sont passés par l’USMA et n’ont pas gagné tout de suite», a-t-il indiqué, en s’adressant aux supporters. «Ne vous laissez pas manipuler (…) On a confiance en M. Benaraïbi et on fera de notre mieux pour l’aider dans sa nouvelle mission», a expliqué l’ancien capitaine des Verts qui compte revoir la stratégie de communication de l’équipe pour justement protéger les joueurs. «Ce qui me déçoit encore, c’est que ma transparence, à travers le service de communication du club, a eu des répercussions négatives. Face à cette situation, je prendrai de nouvelles mesures pour protéger le club, mais aussi nos jeunes joueurs qui ne sont pas encore prêts à supporter une telle forte pression», poursuit le héros d’Oum Dourman qui égratigne, au passage, ceux qui ont perdu des privilèges depuis l’arrivée d’une nouvelle équipe, d’un nouveau propriétaire du club. «On fera en sorte d’écrire l’avenir de l’USMA en lettres d’or, en lettres majuscules. On va tout faire pour réussir. On n’est ni racistes ni régionalistes. On aime l’Algérie et on aime l’USMA ; la réussite est la seule chose qui compte pour nous. J’étais déçu par certains qui disent que j’ai fait mes choix, je dois prendre mes responsabilités. Je leur réponds et je leur dis qu’on a fait zéro match de Championnat, de quels choix vous parlez alors ? L’entraîneur ? Cela peut arriver qu’on fasse de mauvais choix ; il a été démis de ses fonctions. Les joueurs ? Il y a toujours des critiques là-dessus. Laissez les gens travailler, c’est en fin de saison qu’on fera les comptes ! Ceux qui aiment le club, mettez-vous un petit peu à côté, le fait que certains privilèges ont sauté, et on fera ensemble le bilan en fin de saison. N’ayez crainte, je ne me cache pas. Je serai face à vous en fin de saison et je prendrai toutes mes responsabilités (…) J’avoue que la pression négative exercée par certaines personnes est malhonnête intellectuellement. On est là pour travailler dans l’intérêt du club, contrairement à certains qui ont d’autres intérêts personnels», conclut Anthar Yahia qui préfère se consacrer à sa mission.
A. A.


Lire la suite sur Le Soir d'Algérie.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Petites annonces Babalweb Annonces

Publier une annonce gratuite

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites