Après le 737 MAX et la pandémie, Boeing confronté aux déboires du 777X



...

Les déconvenues se multiplient pour Boeing : après les déboires du 737 MAX et la chute du trafic aérien liée à la pandémie, qui ont plombé les résultats de 2020, le groupe a annoncé mercredi que le 777X ne serait pas prêt avant fin 2023. 
Ces revers se traduisent pour le constructeur aéronautique par une perte nette de 8,4 milliards de dollars au seul quatrième trimestre, de 11,9 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année 2020. Le report des premières livraisons du 777X, le plus gros avion au monde, a eu comme conséquence financière une charge de 6,5 milliards de dollars dans les comptes de l'entreprise.  
C'est au moins la troisième fois que la société retarde les premières livraisons de l'appareil. En octobre, le patron, Dave Calhoun, affirmait encore qu'il serait acheminé aux clients dès 2022. Le nouveau report est lié à «plusieurs facteurs, dont une nouvelle évaluation des exigences de certification au niveau mondial, une nouvelle estimation des impacts du Covid-19 sur la demande des compagnies et des discussions avec des clients concernant le calendrier de livraison des avions», a détaillé Boeing. A la charge sur le nouveau retard du 777X s'est ajoutée au quatrième trimestre une provision de 468 millions de dollars pour le 737 MAX, de retour dans le ciel depuis novembre après avoir été cloué au sol pendant 20 mois à la suite de deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts.
Le groupe a aussi encaissé une charge de 275 millions de dollars en raison de problèmes de production sur l'avion ravitailleur KC-46A, une autre de 290 millions liée aux stocks de l'offre de services de Boeing ainsi qu'une charge de 744 millions de dollars, déjà dévoilée lors de l'annonce d'un accord avec le ministère de la Justice, destiné à solder des poursuites liées au 737 MAX.  Le chiffre d'affaires du groupe a reculé de 24% en 2020 pour s'établir à 58,2 milliards de dollars. 
Entre octobre et décembre, il a diminué de 15% à 15,3 milliards de dollars. «Même si l'impact du Covid-19 va continuer à représenter un défi pour le transport aérien de passagers en 2021, nous restons confiants en notre avenir», a commenté M. Calhoun en mettant en avant la solidité de l'activité du groupe dans les domaines de la défense, de l'espace et des services de maintenance. Boeing mise en particulier sur la remise en service du 737 MAX, autorisé à retourner dans le ciel en novembre par les autorités américaines puis par d'autres régulateurs, dont l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) mercredi. Le constructeur a depuis livré 40 appareils et cinq compagnies l'ont remis dans leurs programmes de vol.
AFP


Lire la suite sur Le Soir d'Algérie.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Petites annonces Babalweb Annonces

Publier une annonce gratuite

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites