Bonnes nouvelles du front pétrolier !



...

Le relatif intérêt politique et médiatique pour des élections législatives en passe de dessiner une APN sans majorité stable et sans force dominante ne pouvait pas éclipser les bonnes nouvelles en provenance du front du pétrole. Et pour cause ! Les prix étaient en effet en nette hausse lundi, bien appuyés par des prévisions optimistes pour la demande de l'AIE, publiées vendredi et qui recoupent celles de l'Opep diffusées la veille, permettant au cours d’aller déjà de l’avant.  
Lundi matin, le baril de Brent, pour livraison en août, valait à Londres 73,02 USD, alors que le cours du WTI était coté à 71,22 USD à New York. Cette hausse confirme la vigueur des prix constatée déjà jeudi à 72,93 USD pour le brut de la mer du Nord, et à 70,65 USD pour le West Texas Intermediate. Constat rassurant, les prix évoluent donc à des niveaux records, une première depuis respectivement mai 2019 et octobre 2018. «Le marché semble se concentrer entièrement sur la reprise robuste de la demande à l'heure actuelle», expliquait vendredi un analyste de Commerzbank.
La demande mondiale de pétrole, qui s'était effondrée à la faveur de la crise sanitaire mondiale, est dans une tendance haussière, et d'ici fin 2022, elle devrait continuer à se reprendre pour surpasser les niveaux d'avant-Covid, prédit d'ailleurs l'AIE, dans son récent rapport contenant ses premières prévisions détaillées pour l'an prochain. Jeudi, c'est la vieille dame Opep qui misait déjà sur une accélération de la reprise de la demande au cours de la deuxième partie de 2021, dans la dernière édition de son rapport mensuel. Autre indice favorable, JBC Energy, leader mondial dans l'analyse et la prévision des marchés pétroliers et gaziers, a pointé de surcroît le soutien aux prix apporté par «de nouveaux problèmes dans l'approvisionnement en Libye, la production ayant été entravée par des défauts d'infrastructure dans l'ouest du pays». 
Et, cerise sur le gâteau de l’optimisme, «le retour des exportations de pétrole iranien semble avoir perdu son effet de choc» prévu par les analystes. Les prix de l'or noir avaient momentanément flanché un peu jeudi en cours de séance américaine, avant de se reprendre après l’annonce par Washington de la levée des sanctions contre d'ex-responsables iraniens, en pleine reprise des négociations sur le nucléaire avec Téhéran. D’aucuns craignaient de voir la suspension d'un certain nombre de sanctions économiques, dont l'embargo sur le pétrole, aboutir à une augmentation drastique de la production iranienne. Une hausse de volumes qui aurait créé une menace pour l'équilibre entre l'offre et la demande, et partant pour les cours du brut. Il n’en est rien apparemment, et c’est tant mieux ! 
La demande de pétrole serait donc en bonne voie pour dépasser les niveaux d'avant la pandémie d'ici fin 2022, ce qui serait clairement en contradiction avec les efforts nécessaires pour contenir le réchauffement du climat, comme le prédit l'Agence internationale de l'énergie elle-même. «La demande de pétrole mondiale va continuer de se reprendre», sur fond de vaccination à l’échelle planétaire et de reprise économique, écrit-elle dans son dernier rapport sur les prévisions pour 2022. Pourtant, l’AIE avait le mois dernier souligné dans une étude impressionnante la nécessité de réduire substantiellement la demande pour empêcher à terme une catastrophe climatique universelle. Comme quoi l’AIE peut se tromper et se contredire rapidement, ce qui n’est pas fait pour nous déplaire. 
Dans les faits, après un déclin record de 8,6 millions mb/j en 2020, la demande mondiale devrait rebondir de 5,4 mb/j cette année puis de 3,1 mb/j l’an prochain, pour s'établir à 99,5 mb/j en moyenne. Elle devrait être d’un peu plus de 100 mb/j au quatrième trimestre de 2022, selon l'AIE. Le pic de la demande internationale avait été atteint au quatrième trimestre de 2019, juste avant le déclenchement de la crise épidémiologique, à 100,5 mb/j. L’AIE note cependant que «la reprise sera inégale non seulement parmi les régions mais aussi entre les secteurs et les produits». Elle estime ainsi que la fin de la pandémie est en vue dans les pays développés, mais que le faible rythme de vaccination pourrait remettre en cause la reprise économique et la relance de la demande pétrolière dans d'autres pays.
Dans le détail, l’agence souligne que «les produits pétrochimiques seront encouragés par la demande solide pour les plastiques tandis que le commerce mondial soutiendra la demande pour les carburants maritimes». Mais elle précise aussi que «le secteur de l'aviation sera le plus lent à se remettre alors que certaines restrictions sur les voyages devraient rester en vigueur jusqu'à ce que la pandémie soit fermement sous contrôle». L'essence devrait également rester sous son niveau d'avant-crise en raison de la pérennisation du télétravail dans de nombreux secteurs d'activité et de la progression des véhicules électriques en Asie et en Occident.
«Répondre à la croissance attendue de la demande ne devrait pas représenter un problème», pense l'AIE, en mettant en évidence les capacités de production supplémentaires de l'Opep et ses alliés, dont la Russie. Ces producteurs hors Opep, qui avaient volontairement réduit leur production pour soutenir les cours pendant la crise de Covid, commencent désormais à ouvrir les vannes. Même après avoir augmenté leur production d'environ 2 mb/j en mai et juin, ces pays auront encore le potentiel pour produire 6,9 mb/j supplémentaires, selon l'AIE. Et en cas de levée des sanctions internationales contre l'Iran, ce sont, d’autre part, 1,4 mb/j supplémentaires qui pourraient être remis sur le marché assez rapidement. 
Tendance haussière et optimisme de mise. Ça rassure en ces temps d’incertitudes politiques et de marasme économique ! 
N. K. 


Lire la suite sur Le Soir d'Algérie.

Photos droles d'animaux

Les photos d'animaux les plus droles!

Voici une compilation de photos réelles d'animaux capturées dans des positions droles.

Tourisme: 7 pays que vous pouvez visiter cet été sous conditions

Tourisme: 7 pays que vous pouvez visiter cet été sous conditions

La vaccination contre le virus Corona (Covid-19) pourrait ouvrir les portes de voyages dans de nombreux pays cet été. Quels sont les pays les plus en vue qui ont annoncé l'ouverture de leurs portes aux touristes au cours de la période à venir?

Population du monde en 2100

Les 10 pays les plus peuplés du monde en 2100

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) prédit dans son dernier rapport que la population mondiale en 2100 sera de 10,88 milliards. Les pays les plus peuplés du monde ne seront plus les mêmes qu’aujourd’hui.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites